Lexique

Qu’est-ce que le coaching de vie ?

Le coaching de vie est un dispositif relationnel facilitant l’accompagnement d’une personne vers son épanouissement et son bien-être, grâce à la réalisation d’un objectif de vie, qu’il soit personnel ou professionnel.

Le coaching de vie interpelle tous les niveaux de la personne, ses capacités, ses ressources, ses potentialités en vue de l’accompagner vers le changement qu’elle souhaite et qui fait sens pour elle, et ce, avec humanisme, respect, autonomie et libre-arbitre.

Quels sont les fondamentaux du coaching de vie ?

Le coaching de vie est basé sur trois paramètres fondamentaux :

1 – L’accompagnement comme posture relationnelle spécifique : Cela signifie d’accueillir la personne qui en fait la demande, telle qu’elle est, là où elle en est et d’être à ses côtés là où ses besoins profonds l’orientent.

2 – La Maïeutique ou l’art du questionnement : La Maïeutique se définit comme « l’art d’accoucher les esprits ». Cette démarche est directement inspirée de Socrate, grand philosophe au Vème siècle av J.C. La visée de ce questionnement Socratique est de faciliter l’émergence de besoins profonds et authentiques, et d’introduire une nouvelle réflexion. La personne coachée trouvera ainsi par elle-même ses réponses et sa vérité.

3 – Le courant humaniste : Il s’agit d’une démarche fondée sur la vision optimiste et positive de l’être humain. L’humanisme soutient la tendance innée de la personne coachée à se réaliser, à s’accomplir pleinement, en lien avec ses besoins fondamentaux et son Être profond et avec ce qui fait sens pour elle.

Quelle est la définition de la Fédération de Coaching de Vie -FCV- sur le coaching de vie ?

Sur son site, la FCV – Fédération de Coaching de Vie www.federationcoachingdevie.org propose la définition suivante : « Le coaching de vie est une relation d’accompagnement d’une personne vers son épanouissement grâce à la réalisation d’objectifs personnels et/ou professionnels » Au-delà de cette définition, ce que la Fédération de Coaching de Vie promeut « c’est un accompagnement humaniste vers le changement, avec confiance, autonomie et liberté ».

D’où vient le terme « coaching » ?

Si la consonnance anglo-saxonne ne fait aucun doute, l’origine du terme « coach » en revanche vient du français « coache », lui-même issu du nom d’une ville hongroise « Kocs », là où un premier véhicule fut fabriqué, destiné à transporter des voyageurs, là où ils désiraient se rendre (XVIème siècle).

Ce terme eut la particularité de s’internationaliser rapidement. Passé outre-Atlantique ce mot « coach » fut transformer en verbe « coacher », approprié par des enseignants afin de mener leurs élèves à réussir leurs examens. La notion de performance et de réussite imprégna alors cette action.

Revenu en Europe dans les années 70, le monde de l’entreprise adopta rapidement les préceptes du coaching. Le coaching en entreprise est né. Cependant, en parallèle et de façon moins promotionnelle, le coaching questionna le monde de la psychologie, de la sociologie, de l’éducatif et de la relation d’accompagnement en général. Il se fera progressivement mais sûrement une place sous l’appellation « coaching personnel », puis dans une démarche plus structurée « coaching de vie ».

Le coaching de vie est aujourd’hui un métier relationnel en plein essor et connaît depuis une quinzaine d’années une réelle expansion.

Le coaching de vie est-il basé sur une relation d’aide ou d’accompagnement ?

Le coaching de vie s’appuie fondamentalement sur une relation d’accompagnement. Quelle est la spécificité de celle-ci ?

Accompagner, c’est se positionner aux côtés de la personne qui en fait la demande. Cette dernière précision est essentielle. Elle implique dès le départ une coparticipation, une prise en charge par la personne elle-même de son action. La personne coachée est actrice, auteure et adulte dans la conduite de sa démarche. Il y a une prise en main de sa destinée.

La relation d’accompagnement implique une recherche de solutions par la personne coachée. Il s’agit alors pour le coach de vie de déployer « un art du questionnement » une réelle qualité de présence, une posture bienveillante, un sens de l’accueil et une attitude de non-jugement, de non-vouloir à la place d’autrui.

La relation d’accompagnement invite la personne accompagnée à développer son libre-arbitre, son autonomie, sa capacité à se responsabiliser, à s’impliquer et à donner sens à son existence.

Quelles sont les aptitudes pour devenir coach de vie ?

La première des aptitudes est celle « d’aimer » la nature humaine dans sa complexité et ses ressources infinies !

Devenir coach de vie ne se décrète pas dans l’heure… Être coach de vie doit « faire sens » pour la femme ou l’homme qui choisit de s’orienter vers cette activité relationnelle.  C’est un voyage intérieur, une connaissance de soi travaillée et ajustée qui progressivement donnent naissance à cette orientation. Devenir coach de vie passe par un processus de connaissance de soi jamais achevé d’ailleurs, par une ressource à s’accueillir, à se recevoir et à s’accepter avec ses forces et ses faiblesses. Accepter qui l’on est pour ensuite accueillir, recevoir et accepter autrui tel qu’il est, là où il en est. Aimer l’humain et l’accompagner implique le coach de vie à s’aimer inévitablement, étape par étape.

Devenir coach de vie nécessite de déployer des capacités relationnelles d’accueil, d’ouverture, de respect, de non-jugement mais aussi de considération, de compassion, de tolérance et une vision optimiste de la nature humaine face à sa destinée.

Et si vous pensez disposer -ou du moins être en mesure de nourrir ces capacités inhérentes au métier de coach de vie- encore faut-il suivre une formation professionnalisante et certifiante dans laquelle l’humain est au centre du dispositif. Être coach de vie ne s’improvise pas ! Cela s’apprend, se construit, s’élabore, s’incarne et se supervise…

Vous trouverez dans cette rubrique les différentes réponses aux questions fréquentes que l'on nous posent.

  • Question de la FAQ

    Réponse de la FAQ